MINIATURES DE POL DE LIMBOURG ET JEAN COLOMBE DU CALENDRIER DES « TRÈS RICHES HEURES DU DUC DE BERRY »

Musée Condé, Chantilly

Photographiées sur le manuscrit original par M. André POPULU, du Service Photographique de la Bibliothèque Nationale.

Les Très Riches Heures du Duc de Berry représente le livre des heures, tel qu’il a existé dans la plus pure tradition médiévale. Il s’agissait en fait d’une collection de textes pour chaque heure liturgique de la journée -d’où le nom de cette œuvre-, qui incluait également des textes et écrits supplémentaires. Calendriers, prières, psaumes et messes y étaient d’ailleurs fréquemment inclus.
Les Très Riches Heures est une pièce absolument unique et merveilleuse, archétype véritable de l’Art Gothique. C’est une des premières fois dans l’histoire artistique, que le calendrier sert de base à un ornement et à un raffinement aussi poussé dans les détails. Les miniatures sont remarquables dans leur disposition dans l’enluminure, ce qui laisse penser, d’après le style, que l’un des auteurs de ces enluminures avait visité l’Italie, tout en donnant une place importante aux peintures descriptives des paysages du Nord.
Les images que nous avons mises sur ce site internet sont issues de la partie qui concerne le calendrier des Très Riches Heures. Les douzes enluminures ont été peintes entre 1412 et 1416, et constituent indiscutablement un chef œuvre de la culture française du Moyen-âge. En terme d’importance culturelle ou historique, on pourrait sans doute comparer les Très Riches Heures au chef d’œuvre de Leonardo Da Vinci, La Joconde, représentant ainsi un travail d’enluminure tout à fait exceptionnel.

SEPTEMBRE

Le Château de Saumur – La vendange.

Le château est peint avec une exactitude minutieuse : ce qui en subsiste le prouve et nous donne toute confiance dans la reproduction par les Limbourg, d’autres monuments disparus au cours des âges. Une rangée de fleurs de lys couronne les tours et les créneaux des courtines et ce sont aussi des fleurs de lys que s’élancent les hautes girouettes. A gauche, une énorme cheminée pyramidale indique l’emplacement des cuisines.

Des vendangeurs cueillent le raisin du cru célèbre de Saumur.

Laisser un commentaire