« L’effondrement de la vie sous nos latitudes reste largement sous le radar médiatique »

Selon une étude publiée fin octobre, la biomasse d’arthropodes a chuté de 67 % au cours de la dernière décennie

La probabilité est forte que l’information la plus importante de la semaine écoulée vous ait échappé. On cherche en vain sa trace dans la conversation publique : elle en est complètement absente. Et pour cause, en France, à peu près aucun média, ni audiovisuel, ni imprimé, ni électronique, n’en a rendu compte (à l’exception du Monde). Elle a pourtant été publiée dans l’édition du 31 octobre de la revue Nature, la plus prestigieuse des revues scientifiques, mais l’attention médiatique était alors, semble-t-il, ailleurs.

La revue britannique publiait ce jour-là l’étude la plus ambitieuse et la plus précise conduite à ce jour sur le déclin des insectes (et des arthropodes en général) ; elle montre, au-delà du doute raisonnable, que le crash en cours des populations d’invertébrés terrestres est plus rapide encore que les estimations publiées jusqu’à présent. Ses résultats sont à vous glacer le sang.

Les auteurs – une vingtaine de chercheurs appartenant à une dizaine d’institutions scientifiques d’Allemagne, de Suisse et d’Autriche – ont analysé l’évolution des captures d’arthropodes sur 300 sites (en prairie ou en forêt) de trois régions allemandes, entre 2008 et 2017.

Le travail qu’ils ont accompli est considérable. Les chercheurs ont analysé un million d’individus capturés au cours de cette décennie, et ont recensé les quelque 2 700 espèces auxquelles ils appartiennent. Ils ont ensuite estimé l’évolution de ces populations grâce à plusieurs indicateurs : le nombre d’individus capturés, leur biomasse et la diversité des espèces représentées. Quelle que soit la métrique considérée, le désastre est à peu près total, les chiffres sidérants.

Tout désigne les pratiques agricoles

Au cours de la dernière décennie, sur l’échantillon de 150 prairies analysées par Wolfgang Weisser, Sebastian Seibold (Université technique de Munich, Allemagne) et leurs collègues, la biomasse d’arthropodes a chuté de 67 %. Le nombre d’individus capturés s’est effondré de 78 % et leur diversité a chuté d’un tiers. En moyenne, dans les milieux forestiers, la biomasse de ces bestioles volantes et rampantes a perdu 41 % et la diversité des individus capturés a décliné de 36 %.

« Il y a vingt ans, je n’aurais pas cru qu’un tel effondrement fût possible, dit le professeur Wolfgang Weisser. Je pensais que la plus grande part du déclin des insectes avait eu lieu dans les années 1950-1960, avec la grande période de transformation de l’agriculture européenne. »

Ces travaux confortent et complètent une étude d’octobre 2017, de plus petite ampleur, restreinte à une soixantaine de zones protégées d’Allemagne. Celle-ci indiquait une réduction de plus de 75 % de la biomasse d’insectes volants entre 1989 et 2016. Les auteurs avaient pris soin de mesurer l’évolution, au cours de cette période, d’une série de variables relevées sur les zones analysées : taux d’azote dans les sols, végétation, température, précipitations, jours de gel, disponibilité en eau, éclairage, etc. Aucune de ces variables, ni leur somme, ne permet d’expliquer la catastrophe. Tout désigne les pratiques agricoles, notamment le recours systématique et prophylactique à la chimie de synthèse. Les travaux de M. Weisser et ses collègues indiquent la même direction, le déclin de la vie dans les prairies, notamment, étant « d’autant plus sévère qu’elles sont insérées au cœur de zones agricoles », écrivent les chercheurs.

En France, de rares données non encore publiées indiquent que l’effondrement des arthropodes est d’ampleur similaire à ce qui se produit en Allemagne. Et, en France comme ailleurs, toute la faune insectivore s’effondre à une vitesse vertigineuse. Les oiseaux des champs ont perdu près d’un tiers de leur effectif en quinze ans, les chauves-souris disparaissent plus vite encore, avec un déclin de 30 % en une décennie, et les amphibiens ne se portent pas beaucoup mieux.

Le requiem pour les insectes sera celui de pans entiers de l’arbre de la vie. Rien ne semble en mesure d’infléchir le cours de ce désastre et celui-ci se produit à une cadence telle qu’une stérilisation à peu près complète des campagnes d’Europe occidentale et d’Amérique du Nord n’est sans doute plus une perspective si farfelue, à plus ou moins brève échéance.

« Agriculture de précision »

Pendant que vie disparaît de nos paysages, les semi-vérités et les éléments de langage distillés par les communicants de l’agro-industrie font diversion, ils sculptent et orientent la conversation publique avec une efficacité qui force l’admiration. Agriculture intensive ? Il faut plutôt parler d’« agriculture de précision », expression inlassablement ressassée, destinée à bâtir de la confusion en abolissant le sens des mots — la « précision » invoquée ici étant plutôt celle du tapis de bombe.

La critique du modèle agricole dominant ? Il s’agit en réalité d’« agribashing », mot-valise inventé par les propagandistes de l’agro-industrie qui, après quelques mois d’incubation sur les réseaux sociaux, a fini dans la bouche du ministre de l’agriculture lui-même. Le but recherché est là encore la confusion : parler d’« agribashing », c’est assimiler la stigmatisation injuste des agriculteurs à la critique du système qui les a paupérisés, menace leur santé et celles de leurs voisins et qui compromet leur avenir en détruisant la biodiversité.

La raréfaction des grands mammifères emblématiques d’Afrique ou d’Asie nous passionne, mais l’effondrement, sous nos latitudes, des formes de vie les plus communes reste, ainsi, largement sous le radar médiatique et politique.

Comme pour le climat, il faudra sans doute attendre que la situation soit devenue critique pour que disparaissent le déni et l’indifférence. Et, de la même façon que la lutte contre le réchauffement est aujourd’hui partiellement perdue, il sera alors trop tard.

Source: Stéphane Foucart

Rejoindre la conversation

2 commentaires

  1. La biodiversité n’est pas une notion abstraite. C’est éthique et c’est économique. En effet, une fois qu’on a parlé des espèces, il faut parler des écosystèmes, qui nous rendent des services très concrets – renouvellement de l’eau en quantité et qualité, renouvellement de l’air, pollinisation, etc. Or 60 % des services vitaux qui sont fournis à l’homme par les écosystèmes sont déjà compromis.
    Le grand enjeu est donc de sortir de l’opposition entre développement économique et la nature et de vouloir contrôler la nature, en aménageant toutes les rivières en France par exemple
    Protéger les espèces c’est aussi préserver les options pour l’avenir. C’est préserver la capacité évolutive des processus écologiques, il ne s’agit plus de geler une nature sauvage, maintenu dans son état primitif à l’abri des interventions humaines. Il faut admettre que la nature c’est le cadre de notre développement.
    On ne pourra pas ne plus rien faire, mais on ne pourra plus rien faire comme avant. Il faut sortir de cette opposition – la préservation de la nature implique une gestion fine des territoires, avec des zones protégées, et d’autres où il faut faire plus attention.
    On doit admettre qu’on partage une histoire évolutive avec tous les êtres vivants. Cela invite à beaucoup d’humilité.
    Les espaces protégés sont indispensables, ce sont des réservoirs. Mais on ne peut pas en faire partout. Le plus important c’est le triptyque « éviter ; réduire ; compenser », dans cet ordre. Donc, d’abord éviter l’impact écologique. Si on ne peut pas l’éviter, il faut le réduire au maximum. Et une fois qu’on l’a réduit au maximum, on essaie de compenser. Mais il faut le faire dans cet ordre, sachant aussi qu’aujourd’hui on ne sait pas bien compenser.
    Au-delà, il faut revoir notre politique d’urbanisme. On continue à manger de l’espace plutôt que de réutiliser les espaces déjà utilisés. Les décisions se prennent par habitude en reproduisant les savoirs faire, sachant que les élus locaux manquent de compétences dans ce domaine. L’éducation à la biodiversité est essentielle, à tous les échelons.

  2. J’ai tenu à partager cet article du Monde écrit par Stéphane Foucart parce que j’ai entendu dimanche sur RTL un journaliste parler de la disparition inquiétante des insectes sur le continent européen et cela m’a fortement perturbé.
    L’existence de l’homme est liée aux insectes et leur disparition en masse est catastrophique. Il faut maintenant arrêter de ménager un des principaux facteurs de cette disparition , l’agriculture chimique intensive.
    Le monde agricole ne peut pas continuer comme ça : depuis des années une partie de notre société demande la diminution de l’utilisation des pesticides, et on nous dit que cela va prendre des années pour tendre vers le zéro phyto . C’est prendre les gens pour des imbéciles. Des intérêts financiers majeurs sont en jeu et ce n’est encore pas avec les dirigeants actuels que la France et l’Europe mettront fin à ce que je n’hésite pas à appeler aujourd’hui un empoisonnement massif.
    De partout, chaque jour, sur tous les médias, nous parlons d’environnement. La pression se fait si importante à l’encontre des personnes qui épandent ces produits que certains se font agresser verbalement , pour combien de temps cela restera t-il des invectives ?
    Je suis découragé par ce que j’entends encore dans nos diverses réunions et dernièrement pour celles liées au projet de parc naturel régional.
    J’aimerai tant que des commentaires et réactions surviennent pour savoir enfin si ce que nous allons laisser à ceux qui nous suivent commence à tracasser le plus grand nombre !

    Didier FICHET