Certains ont beaucoup apprécié la tourte de Jacqueline lors de la fête des 100 ans de Colette et ont exprimé le désir que l’on publie la recette sur MONTJAY FORUM.

C’est un dessert un peu long à préparer mais il fait sensation et est délicieux. Pour la petite histoire : c’est un dessert exotique, au XVII et XVIIIème siècle, Nantes importait le rhum et les fruits des Antilles.

Alors c’est chose faite!

Comme quoi notre site et un moyen d’échange.

Le grain de sel sucre de la rédaction

Donc le point 1 est une:

génoise 

Il s’agit d’une pâte battue (la pauvre) c’est à dire à base d’œufs battus longuement avec de sucre et enfin avec de la farine pour leur donner une structure… Trois ingrédients et c’est tout. Elle appartient à la famille des pâtes moelleuses et légères qui servent de base à des gâteaux plus riches comme le fraisier par exemple. Toujours très pratique à avoir sous la main (elle se garde bien). C’est vraiment une base de la pâtisserie, très versatile et, si vous suivez bien les conseils, très très facile à faire. Il faut juste attendre que les œufs gonflent. La génoise ici et il Pan di Spagna de l’autre côté des Alpes. Et pourtant il s’agit pratiquement de la même préparation qui paraît-il a les mêmes origines. Il semblerait en effet que cette pâte de base soit née au XVIIIème siècle, ‘inventée’ par un pâtissier génois, Giovanni Battista Cabona, de l’Ambassadeur de la République de Gênes (Domenico Pallavicini). Il fut transféré à la Cour d’Espagne auprès du roi Ferdinand IV. En partant de la base du biscuit de Savoie, il imagina un biscuit encore différent, un soir pour un dîner de gala à la cour (d’où le nom Pan di Spagna en Italie). Apparemment tout le monde fut conquis par cette légèreté sans égal. Pour obtenir ce côté aérien et souple, il y a trois secrets.

  • La patience : il faut bien attendre que les œufs gonflent et deviennent très clairs. C’est cet air incorporé qui garantira la réussite et donnera de la stabilité au gâteau.
  • Utilisez de la farine tamisée et l’incorporer délicatement de manière à ne pas perdre l’air incorporé. Un chef pâtissier nous avait donné le truc de l’écumoire pour mélanger. Elle permet de ne pas ‘couper’ l’air incorporé, il reste ainsi encore en suspension et le geste est plus circulaire. Mais bon si vous avez une maryse ça va bien aussi.
  • Attendez bien que la gâteau soit cuit sans ouvrir le four (pour ne pas le faire dégonfler).

Si la génoise est légère elle est aussi un peu sèche. C’est pourquoi on l’imbibe souvent de sirop de sucre, de fruits et bien sûr d’alcool. Elle est généralement servie avec des crèmes.

Laisser un commentaire