Isolde s’en est allée,

et comme dans le « Liebestod » (« mort d’amour ») , c’est plus qu’un décès, mais un moment de transmutation, d’accomplissement, une arrivée à la fin d’un cycle qui était déterminé. Isolde ne meurt pas simplement, mais monte aux cieux ! Réveillée pour les mondes spirituels, elle « voit », « entend » ce que les autres ne perçoivent pas.

Laisser un commentaire