Créé en 2003, le SMET NE 71 (Syndicat Mixte d’Etudes pour la valorisation des déchets ménagers), situé à Chagny en Saône-et-Loire, regroupe 271 communes dont Chalon-sur-Saône soit environ 240.000 habitants. Il est le seul centre d’enfouissement public du département de Saône-et-Loire et regroupe les déchets du Nord de Mâcon jusqu’au sud de Beaune. Septembre 2012, après des études menées de 2004 à 2007, le SMET NE 71 vient de confier la conception, la construction, la mise en service et l’exploitation (pour une période de 5 ans dans un premier temps), de sa future unité de Tri-Méthanisation-Compostage baptisée Ecocéa, à un groupement d’entreprises piloté par TIRU, filiale valorisation énergétique des déchets ménagers commune à EDF, GDF Suez et Véolia. 

Étant donné les contre-références de certains projets pionniers en la matière, le prestataire a particulièrement travaillé sa copie en matière de confort olfactif et d’absence de rejets liquides. L’air des bâtiments confinés sera aspiré pour être dépoussiéré, lavé avant son passage dans les biofiltres. Le suivi en continu d’un nez électronique devrait permettre de mesurer les performances de ces dispositifs. Les eaux pluviales propres alimenteront des mares sur le site.

Vue aérienne du projet Ecocéa et localisations

Le pourcentage de matières détournées de l’enfouissement (taux de diversion) obtenu grâce à cet équipement sera supérieur à 50%. A terme, la production d’un Combustible solide de Récupération devrait amener le taux de diversion à 70 %. Le prestataire s’est engagé sur des performances garanties entre la phase construction et la phase exploitation sur la durée du contrat de 5 ans.

La production de biogaz attendue est de 155 Nm3 par tonne entrante dans les digesteurs. Le gaz sera valorisé vers par deux voies après épuration : l’injection dans le réseau de gaz naturel et la consommation à proximité par l’entreprise Terreal, productrice de tuiles en terre cuite. Le prix de vente du gaz à l’industriel a été fixé à 0,1 €/kWh dans le cadre d’un contrat de 15 ans. La production est estimée à 5 millions de m3 par an. Des digesteurs verticaux rustiques, hauts de 25 m, garantiront cette production compte-tenu du taux élevé de matière sèche.

A côté du gaz, l’usine produira du compost de qualité NFU 44051, qui sera vendu aux agriculteurs de la région… si l’exploitant parvient à garantir un produit sans toxiques.

Les travaux de terrassement commenceront dans les prochaines semaines pour une mise en route prévue en 2014. La construction sera assurée par Eiffage sur un projet dessiné par le Chalonnais Olivier Le Gallée.

Quelques chiffres :

  • Investissement : 40 millions €.
  • Surface du projet : 5 ha
  • Bâtiments couverts : 12 800 m2
  • Tonnage traité : 75000 tonnes par an
  • Production de compost : 25 à 30 000 tonnes
  • Production de gaz : 5 millions m3 par an

Frédéric Douard, Bioénergie International

Enregistrer

Laisser un commentaire