Par Claire Giardelli

Pétition adressée à Madame la Sous-Préfète de Saône et Loire

Nous demandons la réouverture de la baignade naturelle de La Chapelle Saint Sauveur.

Partout en France, alors que la température dépasse les 40°, chaque municipalité imagine des solutions pour limiter les risques de cette canicule : comme par exemple des bouches d’incendie qui ont été équipées de jets pour les piétons.

Pascaline Boulay, Sous-préfète de Saône et Loire, maintient son interdiction d’ouverture de la baignade naturelle de La Chapelle Saint Sauveur suite à un malaise cardiaque d’un baigneur alors qu’aucun incident n’avait été à déplorer depuis son ouverture.

Ce sont des valeurs fondamentales telles que l’écologie, l’économie, la santé publique et le lien social qui sont attaquées par des politiques inconséquentes et anti-sécuritaire.
Nous pouvons donc aller mourir tranquillement dans nos rivières et remplir nos piscines en plastique…!

Nous accusons la Sous-préfète de faire du zèle en appliquant la loi à la lettre sans prendre en considération les conditions climatiques exceptionnelles et l’accusons pendant les alertes nationales ROUGES de NON ASSISTANCE A PERSONNE EN DANGER !
Nous demandons la réouverture de la baignade naturelle de La Chapelle Saint Sauveur dans les conditions identiques que celles appliquées depuis son ouverture qui en font son succès, laissant chaque citoyen responsable.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

  1. Je ne signerai pas cette pétition. Je soutien la décision de Mme la Sous Préfète qui agit dans un cadre réglementaire tout à fait cohérent.
    A partir du moment où une collectivité aménage un lieu de baignade, elle doit en assurer la sécurité en mettant les moyens nécessaires.
    Déjà en 2016 j’avais eu de longues discussions avec le président de Bresse Nord Intercom et le sous préfet de l’époque parce-que cette baignade était un sujet majeur de discorde entre nos deux communautés de communes pour une éventuelle fusion. Rien n’y a fait, aucun dispositif n’a été mis en place pas plus qu’à la suite du courrier de Mme la Sous Préfète en février dernier. Il y a un moment où il faut respecter certaines règles et cesser de s’élever contre la réglementation qui même si parfois elle contraint, peut aussi servir à éviter des drames et sécuriser les élus face à l’imprévu.
    Se baigner dans la rivière ou dans sa piscine n’a rien à voir, les lieux ne sont pas aménagés par une collectivité et chacun prend sa responsabilité.
    Je suis triste pour les gens de la Chapelle et tous ceux qui fréquentent le lieu mais la seule issue est de mettre le dispositif en place demandé par la sous préfecture.
    Didier FICHET
    Maire de Montjay
    Président de Bresse Revermont 71